Au sujet du livre « la classification des gens entre la conjecture et la certitude »


Au sujet du livre « la classification des gens entre la conjecture et la certitude »
Cheikh Zayd Ibn Muhammad Al-Madkhali

Unable to embed Rapid1Pixelout audio player. Please double check that:  1)You have the latest version of Adobe Flash Player.  2)This web page does not have any fatal Javascript errors.  3)The audio-player.js file of Rapid1Pixelout has been included.

Share selected track on FacebookShare selected track on TwitterShare selected track on Google PlusShare selected track on LinkedInShare selected track on DeliciousShare selected track on MySpace

Télécharger | montre 5min 14  


Question : 
Qu’Allah soit bienfaisant envers vous. Quel est votre point de vue sur le livre « la classification des gens entre la conjecture et la certitude » ? Fait-il partie de l’équité d’orienter à se le procurer ? Et est-il permis de l’appliquer sur un groupe parmi les étudiants en science connus pour être sur la croyance salafi et le bon minhaj ? Veuillez-nous faire profiter et soyez en récompensé.

Réponse :

Le livre « la classification des gens entre la conjecture et la certitude » est certes un livre connu parmi les livres de Bakr Abou Zayd, qu’Allah lui fasse miséricorde.

Ses livres qu’Allah a rendus profitables sont connus auprès des gens, comme le livre : « le jugement de l’adhérence aux partis (ahzab) » et ce qu’il a rapporté dans celui-ci comme blâme du sectarisme (al-hizbiya) et mise en garde contre celle-ci, c’est un livre sublime dont l’étudiant en science à besoin ; également le livre « le boycott de l’innovateur » dans lequel il a excellé et profité ; ainsi que le livre « les réfutations » qui fait partie des livres de réfutations connus.

Quant à ce livre « la classification des gens entre la conjecture et la certitude », il fait partie de ses derniers livres, il eut lieu en des circonstances coïncidentes avec une lettre que Bakr a écrite à Cheikh Rabi’ Ibn Hadi Al-Madkhali au sujet des réfutations de Cheikh Rabi’ sur Sayyid Qutb et son groupe. Bakr a durement réprouvé Cheikh Rabi’ et lui a dit : « Tu ne frôles pas son degré et n’est pas égal à lui, Sayyid survole le ciel alors que tu es comparable à un collégien. Cette parole est donc un faux-pas, elle est considérée comme un faux-pas d’un savant.

Ce livre fut donc écrit à cette période et les frères musulmans s’en réjouirent. Ils se réjouirent de ce livre ainsi que la lettre (al-khitab). Ils ont pris la lettre de Bakr sans qu’il ne sache quand ils l’ont pris. Ils l’ont pris, imprimé et distribué en orient et en occident. Jusqu’à ce que Bakr jure qu’il n'agrée pas la distribution de cette lettre qu’ils ont nommé « le conseil » et distribué dans le haram et de partout, car il comporte des éloges de Sayyid Qutb et de ses livres ainsi que le dénigrement de Rabi’ Al-Madkhali.

Et les ikhwan se sont également réjouis de ce livre : « la classification » car il comporte des généralités et du mélange entre la vérité et l’erreur. Il a commencé en disant au lecteur : « Tu entends et vois ce qu’ils disent ? Ils disent celui-ci est un ikhwani, celui-ci est un tablighi, celui-ci est un tourouqi, celui-ci est un ach’ari et celui-ci est un mu'tazili. ».

Il réprouve cela alors qu’il n'est pas permis de réprouver cela car le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit : « Les juifs se sont divisés en soixante et onze sectes, Les chrétiens se sont divisés en soixante-douze sectes. Et ma communauté se divisera en soixante-treize sectes, toutes seront au feu sauf une. ». Ils lui ont dit : « Quelle est-elle, ô Messager d’Allah ? ». Il a dit : « Ceux qui sont sur ce quoi je suis aujourd’hui ainsi que mes compagnons. ».

Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a ainsi averti à propos des sectes, il n’y a donc aucune raison de réprouver le fait de dire : celui-ci est un ach’ari, celui-ci est un mou’tazili, celui-ci est un murji, celui-ci est un ikhwani et celui-ci est un tablighi, il n'y a pas de mal.

Puis les savants ont écrit des livres de réfutations sur les diverses sectes, ils ont écrit des livres connus et célèbres dans lesquels ils ont réfuté les jahmia, les mou'tazila, les acha'ira, les koullabiya, les matouridiya et autres.

Par conséquent, on ne profite pas de ce livre et celui qui le lit tombera dans la confusion, surtout les étudiants en science débutants. Ils n’ont donc aucun besoin de ce livre. Et il ne convient pas de le propager, car il a causé des troubles au moment de son écriture. Et ceux qui orientent vers celui-ci et à en tirer profit aujourd’hui et le complimentent devant les étudiants en science, je crains qu’ils ne fassent ressurgir ces troubles.

Délaissez donc ce livre, les autres livres suffisent amplement. Et nous demandons à Allah de nous pardonner ainsi qu’à son auteur. En effet, il arrive que les savants fassent des faux pas.

Et Cheikh Rabi’ l’a réfuté dans un livre sur la lettre (al-khitab) et le livre « la classification… ». Il l’a réfuté par un livre dans lequel il a démontré la vérité avec preuve et l’a intitulé « la démarcation décisive entre la vérité et le faux ». Ce livre fut imprimé et il est propagé.

Vous n’avez donc pas besoin de ce livre, mais vous n’avez besoin que d’autres que lui parmi les livres clairs dans lesquels est exposée la voie des salafs dans la croyance et le minhaj ainsi que la réfutation du contradicteur, comme l’a écrit premièrement Bakr Abou Zayd, qu’Allah lui fasse miséricorde. La réfutation des contradicteurs est un des fondements et des règles de l’Islam.

Voici donc en ce qui concerne cette affaire. Et il n’est permis à personne de propager ce livre, ni les livres semblables à celui-ci comportant des généralités et de l’exagération pouvant perturber les étudiants en science. Prenez donc garde.

[Fin de la réponse de Cheikh Zayd Ibn Muhammad Al-Madkhali, qu’Allah lui fasse miséricorde]


k11265037 Traduit et publié par an-nassiha.com