Considérez les gens selon leurs amis, car certes l'homme ne se lie d'amitié qu'avec quelqu'un qu'il apprécie


Considérez les gens selon leurs amis, car certes l'homme ne se lie d'amitié qu'avec quelqu'un qu'il apprécie
Cheikh Salih Ibn Abdil'Aziz Ali Cheikh

Unable to embed Rapid1Pixelout audio player. Please double check that:  1)You have the latest version of Adobe Flash Player.  2)This web page does not have any fatal Javascript errors.  3)The audio-player.js file of Rapid1Pixelout has been included.

Share selected track on FacebookShare selected track on TwitterShare selected track on Google PlusShare selected track on LinkedInShare selected track on DeliciousShare selected track on MySpace

Télécharger | montre 5min 16  


Parmi les paroles d’Ibn Mas’oud, qu’Allah l’agrée, qu’il a adressées à ses compagnons : « Considérez les gens selon leurs amis, car certes l’homme ne se lie d’amitié qu’avec quelqu’un qu’il apprécie. ».

Et ceci est tiré de la parole du Prophète (صلى الله عليه وسلم), dans le hadith authentique rapporté dans les sounan : « L’homme est sur la religion de son ami, que chacun d’entre vous regarde donc qui il prend pour ami. ». Ceci est vrai, comme l’a dit Ibn Mas’oud, l’homme ne se lie d’amitié qu’avec quelqu’un qu’il apprécie.

Il apprécie ses comportements, il apprécie sa mentalité, il apprécie ses pensées. Ainsi, si tu vois quelqu’un se lier d’amitié avec un autre, c’est-à-dire qu’il le prend pour ami, il est attaché à lui et l’aime, alors considère-le comme celui-ci. En effet, les âmes sont des soldats regroupés, celles d’entre elles qui se connaissent sont en concordance, et celles qui s’ignorent sont en discordance. Considérez-donc les gens selon leurs amis, et ceci prouve cela.

En ce qui concerne les œuvres, si tu vois quelqu’un dans la désobéissance et les grands péchés, et que tu vois quelqu’un le prendre pour ami et s’attacher à lui, alors considère-le comme celui-ci et crains pour lui qu’il soit comme son ami. En effet, soit il n’a pas connaissance de ce que fait son ami, soit il en a connaissance et l’a agréé. Et quiconque a connaissance qu’un péché est commis et l’agrée, il est alors associé dans le péché à celui qui l’a commis.

En ce qui concerne la langue, si tu vois qu’untel est vulgaire et injurieux, médit et diffame beaucoup, et que tu vois qu’untel le fréquente beaucoup, ne s’oppose pas à lui, ne lui interdit pas cela et ne se sépare pas de lui, alors sache qu’il est comme lui, il a agréé ce qu’il fait.

En ce qui concerne la mentalité, les gens se rapprochent selon leur mentalité et leurs pensées. Ainsi, si tu vois qu’une personne aime la science, si une personne le prend pour ami, tu sais alors que celui qui le prend pour ami aime la science aussi. Tu sais que celui qui le prend pour ami aime la science, même s’il ne fait pas partie des gens de science.

Si tu vois quelqu’un prendre pour ami une personne sur la Sunna, alors sache qu’il est sur la Sunna. Car, comme l’a dit Ibn Mas’oud : « Considérez les gens selon leurs amis ». Si tu vois quelqu’un prendre pour ami les gens du athar, alors c’est qu’il aime le athar et ses gens. Et si tu vois quelqu’un prendre pour ami les gens de la raison et s’attacher à eux, tu sais alors qu’il les aime et que leur jugement s’applique sur lui.

Quiconque aime la Sunna fréquente ses gens, et quiconque aime les innovations fréquente leurs gens. Et l’homme est sur la religion de son ami comme l’a dit le Prophète (صلى الله عليه وسلم).

Ceci est donc une recommandation, et après avoir tiré une leçon de cette recommandation, tu dois t’examiner. L’objectif n’est pas que tu portes des jugements sur les gens, mais ceci est une parole bienveillante d’Ibn Mas’oud lorsqu’il a dit : « Considérez les gens selon leurs amis ». Toutefois, si tu veux considérez les gens, tu devras impérativement te considérer toi-même avant de considérer les gens. Ainsi, comme il y a des gens qui n’aiment pas que le conseil et la recommandation leur soient adressés directement, Ibn Mas’oud, qu’Allah l’agrée, les a donc placés en tant que juges sur les autres, et s’ils méditent, ils verront qu’ils doivent également se juger eux-mêmes.

Considère-toi donc selon tes amis, car certes l’homme ne se lie d’amitié qu’avec quelqu’un qu’il apprécie. Si c’est ainsi, médite sur toi-même et sur ceux que tu fréquentes. Fréquentes-tu les gens de l’obéissance ou les gens des péchés ?

Si tu vois quelqu’un fréquenter les gens désobéissants, même s’il parait être quelqu’un d’obéissant, en général, c’est que son âme, dans son for intérieur, le pousse à la désobéissance même si ce n’est qu’en secret. Et si tu vois quelqu’un fréquenter les gens de science, tu verras que son âme le pousse à la science même si ce n’est pas un étudiant.

Si tu vois que tu fréquentes les gens de la Sunna, cela veut donc dire que ton cœur aime la Sunna. Et si tu vois que tu fréquentes les gens de l’innovation, les médisants, les calomniateurs et les diffamateurs, sache donc que l’homme est sur la religion de son ami. Commence-donc par te réformer toi-même.

Cette parole d’Ibn Mas’oud s’applique sur toi-même et sur autrui. Ceci est donc une recommandation éducative, générale et moralisante. Chacun doit ainsi faire un examen de conscience. Et Allah (جل وعلا) nous a informés de la parole que diront certaines personnes au jour de la résurrection :

يَا وَيْلَتَىٰ لَيْتَنِي لَمْ أَتَّخِذْ فُلَانًا خَلِيلًا لَّقَدْ أَضَلَّنِي عَنِ الذِّكْرِ بَعْدَ إِذْ جَاءَنِي وَكَانَ الشَّيْطَانُ لِلْإِنسَانِ خَذُولًا

« Malheur à moi ! Hélas ! Si seulement je n’avais pas pris untel pour ami ! Il m’a en effet égaré loin du rappel [le Coran], après qu’il me soit parvenu. Et le diable déserte l’homme (après l’avoir tenté). » [al-fourqane, 28-29].

[Extrait d'une conférence de Cheikh Salih Ibn Abdil'Aziz Ali Cheikh, qu’Allah le préserve]


k11265037 Traduit et publié par an-nassiha.com


Mots-clés: Explications de Hadiths et Athars